https://journees-musiques-anciennes.org 2

Journées de MusIques AncIennes


vanves
18 > 20 novembre 2016

Polymatheia

les cahiers des Journées de musiques anciennes

Téléchargez le cahier N°3 de novembre 2016

actes du colloque 2015

Téléchargez le cahier N°2 de juillet 2016

actes du colloque 2015

Téléchargez le cahier N°1 de novembre 2015

actes du colloque 2014

Téléchargez le cahier N°0 de novembre 2015

actes du colloque 2013

Éditorial

Aux trois muses apolliniennes correspondant aux cordes de la lyre d’Apollon : Kephiso ou Nete (nouvelle note), Apollonis ou Mese (note centrale), Borysthenis ou Hypate (la plus grave), s’ajoute Polymatheia, muse de l’érudition, ou Paramese (proche de la Mese). Un polymathe – littéralement « beaucoup apprendre » – est une personne ayant des connaissances approfondies dans des domaines qui n’ont pas de liens apparents, un esprit ouvert, tel l’Homo Universalis de la Renaissance. À cette époque, fleurit un courant poétique – nommé parfois « poésie scientifique » – inspiré de l’Antiquité – on pense au De rerum natura de Lucrèce –, initié en Italie, dès le XVe siècle, par des auteurs tels que Iovianus Pontanus (1429-1503) et Marzello Palingenio Stallato (vers 1500-1543) ainsi que le poète néo-latin d’origine grecque Michael Tarchaniota Marullus (1458-1500) et l’écossais George Buchanan (1506-1582). En France, on peut citer Jacques Peletier du Mans (1517-1582), Maurice Scève (1501?-1560?), Jean-Antoine de Baïf (1532-1589), Guy le Fèvre de la Boderie (1541-1598) et Guillaume du Bartas (1544-1590). Ce courant embrassa un large champ de connaissances. C’est de cet esprit universel que souhaite s’inspirer, avec modestie, les Cahiers des Journées de musiques anciennes de Vanves.

Gérard Geay, novembre 2015

 

 

 

 

email twitter facebook

NEWSLETTER

Restez informés !

SUIVEZ NOUS SUR

VOIR

ECOUTEZ

DECOUVRIR

Polymatheia, les cahiers des Journées de musiques anciennes

disponible gratuitement ici